Rossini, Gioachino

Gioachino Rossini (Pesaro/Italie 29 février 1792 – Passy, 13 novembre 1868), compositeur. Né de parents musiciens, Rossini étudia le chant avec Giuseppe Malerbi à Lugo et débuta comme chanteur au théâtre d’Imola en 1804 et chanta le rôle d’un enfant dans Camilla de Paer à Bologne en 1805. Ses talents de chanteur le firent accepter dans l’Académie Philharmonique de Bologne en Juin 1806. A Bologne, il étudia la musique avec l’abbé Angelo Tesei et fut admis au Liceo Musicale de Bologne en Avril 1806 où il étudia le chant, le violoncelle, le piano et surtout le contrepoint avec l’abbé Stanislao Mattei successeur du fameux Padre Martini. En 1810 il reçut commande du Théâtre San Mosè de Venise pour une farce en un acte, La Cambiale di matrimonio (le Contrat de mariage) qui fut suivie de deux autres commandes en 1812 : L’Inganno felice (L’Heureux stratagème), qui lui valut un grand succès et se maintint au répertoire des théâtres pendant dix ans et La Scala di seta (L’Echelle de soie) au succès mitigé. Mais c’est à Milan qu’il eut un triomphe avec La Pietra del paragone (La Pierre de touche). Deux autres farces en un acte furent bien reçues à Venise : L’Occasione fa il ladrone (L’Occasion fait le larron) et en 1813, Il Signor Bruschino. Son premier opéra important, Tancredi, fut joué à Venise en 1813 et fut suivi d’une série de grands succès à Venise en 1813 encore, L’Italiana in Algeri (L’Italienne à Alger), à Milan en 1814, Il Turco in Italia (Le Turc en Italie), à Naples en 1815, Elisabetta, regina d’Inghilterra (Elisabeth, reine d’Angleterre), à Rome en 1816, Il Barbieri di Siviglia (Le Barbier de Séville),à Naples en 1816, Otello, à Rome en 1817, La Cenerentola (Cendrillon), à Milan en 1817, La Gazza ladra (La Pie voleuse). Rossini compose alors pour Naples ses plus grands chefs d’œuvres : Armida (1817), Mosè in Egitto (Moïse en Egypte) (1818), Ricciardo e Zoraide (1818), Ermione (1819), La Donna del Lago (1819), Mahometto II (1820), Zelmira (1822) et pour Venise Semiramide (1823). Le succès mitigé accordé à cette dernière œuvre l’encourage à se rendre à Londres d’où il est appelé à Paris pour diriger le Théâtre-Italien. De 1824 à 1836, en plus de ses propres œuvres, Rossini introduisit les œuvres d’autres compositeurs, telle que Il Crociato in Egitto (Les Croisés en Egypte) de Meyerbeer qui, en 1825, lança la carrière parisienne de ce compositeur. Pour le sacre de Charles X, Rossini composa Il Viaggio a Reims (1825) et pour l’Opéra de Paris, Rossini adapta Maometto II qui devint Le Siège de Corinthe (1826), et Mosè in Egitto qui devint Moïse (1827). Il fut alors nommé premier compositeur du roi et inspecteur général du chant en France. Il adapta en partie la musique de Il Viaggio a Reims et produisit, en 1828, un opéra comique, Le Comte Ory. Enfin l’année suivante il produisit son dernier chef d’œuvre pour la scène, Guillaume Tell. Rossini se retira alors de la scène et cessa de composer pendant ses dernières quarante années exceptés, un Stabat Mater, en 1841, et une Petite messe solennelle, en 1864.

Sources : The New Grove Dictionary of Music and Musicians ; M. Honegger: Dictionnaire de la musique.