Vieuxtemps, Henri

Henri Vieuxtemps (Verviers/Belgique, 17 février 1820 – Mustapha/Algérie, 6 juin 1881), violoniste et compositeur. Enfant prodige, il se produisit en concerts à Bruxelles dès l’âge de sept ans, attirant l’attention du violoniste Charles de Bériot qui le fit venir à Paris, où il débuta en 1829 dans un concerto de Rode ; il lui donna des leçons jusqu’en 1831. En 1833, ayant reçu une bourse du gouvernement belge, il fit une tournée de concert en Allemagne et passa l’hiver 1833/34 à Vienne, où il fit la connaissance de musiciens qui avaient connu Beethoven dont il joua le concerto pour violon, jusque-là négligé, avec grand succès. A la suite de son concert à Leipzig, il fut comparé à Paganini par Schumann. Paganini rencontra Vieuxtemps un peu plus tard à Londres et lui prédit un bel avenir. De retour à Paris, il prit des leçons de composition avec Reicha (1835-36), puis ses études terminées il reprit ses tournées de concerts (Saint-Pétersbourg en 1840, Londres en 1841, les États-Unis en 1841/42). De 1846 à 1851, il séjourna en Russie comme soliste du Tsar et professeur de violon, contribuant ainsi grandement à l’établissement de l’école de violon russe. De 1855 à 1866 il séjourna à Frankfort puis de 1866 à 1871 à Paris tout en continuant ses tournées de concerts (États-Unis avec Thalberg en 1857/8 et de nouveau en 1870/71). Appelé au Conservatoire de Bruxelles en 1871, il mit toute son énergie pour développer l’école de violon belge. Eugène Ysaïe fut l’un de ses élèves. En 1873, il fut victime d’une attaque qui le paralysa partiellement ; il fut obligé de donner sa démission en 1879 et décéda deux ans plus tard. Il composa entre autres 7 concertos pour violon, 2 concertos pour violoncelle, des œuvres de musique de chambre dont trois quatuors à cordes, un trio avec piano, une sonate pour alto, des morceaux de salons et des études de concert pour violon seul.