La France Musicale, 10 janvier 1858, p. 10-11 (article signé R.).

Séances musicales

Deuxième matinée de Madame Pierson-Bodin. — Première soirée de M. MarmontelMarmontel, Antoine-FrançoisAntoine-François Marmontel (Clermont-Ferrand, 18 juillet 1816 – Paris, 16 janvier 1898), pianiste et pédagogue. Il étudia au Conservatoire de Paris, où il obtint un premier prix de solfège en 1828, un premier prix de piano et un deuxième prix d’harmonie et d’accompagnement en 1832 et enfLire la suite…. —
Première soirée de M. BaillotBaillot, René-PaulRené-Paul Baillot (Paris, 23 octobre 1813 – Paris, 28 mars 1889), pianiste et compositeur. Fils du violoniste Pierre Baillot, il fut le premier titulaire de la classe de musique d’ensemble au Conservatoire de Paris et donna à son domicile des concerts dans lesquels il interprétait les concertosLire la suite….

La seconde séance de Madame Pierson-Bodin, qui a eu lieu le 27 décembre, a été fort intéressante, autant par le choix des morceaux que par la manière dont ils ont été exécutés. Madame Pierson et M. HammerHammer, Richard-RobertRichard-Robert Hammer (Eberfeld/Allemagne, 18 novembre 1828 – Paris, 29 novembre 1907), violoniste et compositeur. Vers 1850, il s’installa à Paris, où il enseigna le violon et la musique de chambre tout en se produisant dans des concerts de musique de chambre, souvent avec les pianistes WilheLire la suite… ont fait entendre une des sonates de Sébastien BachBach, Jean-SebastienJohann Sebastian Bach (Eisenach, 21 mars 1685 – Leipzig, 28 juillet 1750), organiste et compositeur. Il fut nommé organiste à la Neue Kirche d’Arnstadt de 1703 à 1707. Ses premières œuvres pour orgue datent de cette époque. Il devint organiste à la Blasiuskirche de Mulhausen en 1707 et éLire la suite…, pour piano et violon ; et malgré la sévérité du style, cette œuvre a été parfaitement appréciée. Un magnifique trio en mi bémolSonate pour piano et violoncelle si bémol Majeur Op. 46Sonate pour piano et violoncelle en si bémol majeur Op. 46 de Louise Farrenc. Composée en 1857, l’œuvre fut créé à une soirée musicale chez Madame Pierson, née Bodin, élève de Madame Farrenc  le 27 décembre 1857 et publiée en 1861. C’est la dernière œuvre d’envergure composée pLire la suite… de HaydnHaydn, Franz JosefFranz Josef Haydn (Rohrau/Basse Autriche, 31 mars 1732 – Vienne, 31 mai 1809), compositeur. Il étudia avec Johann Mathias Franck, chef de chœur de l’église de Hainburg et fut remarqué par Reutter, maître de chapelle du Stephansdom à Vienne, qu’il le recruta en 1739 ou 1740 comme choristeLire la suite…, exécuté par Mademoiselle ChassantChassant, CamilleCamille Chassant (Paris, 8 avril 1831 – ?), pianiste. Élève de Madame Pierson-Bodin. Elle était amie d’Ingres, qui lui offrit en remerciement d’une prestation musicale un médaillon en plâtre de Mozart fait par Posch, qu’il lui dédicaça au dos de la médaille : « A son touchant interprLire la suite…, MM. HammerHammer, Richard-RobertRichard-Robert Hammer (Eberfeld/Allemagne, 18 novembre 1828 – Paris, 29 novembre 1907), violoniste et compositeur. Vers 1850, il s’installa à Paris, où il enseigna le violon et la musique de chambre tout en se produisant dans des concerts de musique de chambre, souvent avec les pianistes WilheLire la suite… et LeeLee, SébastienSebastian [Sébastien] Lee (Hambourg, 24 décembre 1805 – Hambourg, 4 janvier 1887), violoncelliste et compositeur. Après ses études à Hambourg, il se produisit en tournées en Allemagne avant de venir en 1832 à Paris, où il fréquenta les musiciens qui faisaient de la musique de chambre, parLire la suite…, a obtenu un succès d’enthousiasme, ce qui ne doit surprendre personne ; tel sera toujours l’effet des chefs-d’œuvre lorsqu’ils seront dignement interprétés. Enfin on a entendu le dernier ouvrage écrit par Madame Farrenc, sa sonate pour piano et violoncelle. Madame Pierson et M. LeeLee, SébastienSebastian [Sébastien] Lee (Hambourg, 24 décembre 1805 – Hambourg, 4 janvier 1887), violoncelliste et compositeur. Après ses études à Hambourg, il se produisit en tournées en Allemagne avant de venir en 1832 à Paris, où il fréquenta les musiciens qui faisaient de la musique de chambre, parLire la suite… ont rivalisé de talent et de zèle pour mettre en relief les qualités de cette composition, dans laquelle on a admiré la sagesse du plan, la distinction, le charme des idées et une facture qui depuis longtemps a mérité à l’auteur d’être placé à coté des grands maîtres allemands.

M. MarmontelMarmontel, Antoine-FrançoisAntoine-François Marmontel (Clermont-Ferrand, 18 juillet 1816 – Paris, 16 janvier 1898), pianiste et pédagogue. Il étudia au Conservatoire de Paris, où il obtint un premier prix de solfège en 1828, un premier prix de piano et un deuxième prix d’harmonie et d’accompagnement en 1832 et enfLire la suite… n’est pas seulement un excellent professeur, ainsi que le prouvent ses élèves, en tête desquels il faut certainement placer M. Francis PlantéPlanté, FrancisFrancis Planté (Orthez, 2 mars 1839 – Saint-Avit, 19 décembre 1934), pianiste. Il étudia avec Mme de Saint-Aubert, élève de Liszt, et donna son premier concert public à l’Hôtel de Ville de Paris à sept ans. Il étudia ensuite au Conservatoire de Paris, où il obtint un premier prix de piLire la suite…, le jeune et déjà célèbre pianiste du quatuor AlardAlard, Delphin-JeanDelphin-Jean Alard (Bayonne, 8 mars 1815 – Paris, 22 février 1888), violoniste, pédagogue et compositeur. Il étudia au Conservatoire de Paris avec Habeneck, Fétis et Halévy et obtint un premier prix de violon à l’unanimité en 1830. Il fut soliste à la Société des Concerts du ConservatoLire la suite… et Franchomme Franchomme, Auguste-JosephAuguste-Joseph Franchomme (Lille, 10 avril 1808 – Paris, 21 janvier 1884), violoncelliste. Il étudia au Conservatoire de Paris et remporta un premier prix de violoncelle en 1825. Il fut d’abord engagé à l’orchestre de l’Ambigu, puis à celui du Théâtre-Italien en 1827. L’année suivanLire la suite…; M. MarmontelMarmontel, Antoine-FrançoisAntoine-François Marmontel (Clermont-Ferrand, 18 juillet 1816 – Paris, 16 janvier 1898), pianiste et pédagogue. Il étudia au Conservatoire de Paris, où il obtint un premier prix de solfège en 1828, un premier prix de piano et un deuxième prix d’harmonie et d’accompagnement en 1832 et enfLire la suite… est encore un excellent camarade. Cette année, il a voulu consacrer sa première séance à la musique de madame Farrenc, dont il est le confrère au Conservatoire, et ses élèves ont interprété plusieurs ouvrages importants de l’éminente musicienne. Deux très jeunes virtuoses, MM. FisssotFissot, Alexis-HenryAlexis-Henry Fissot (Airaines/Somme, 24 octobre 1843 – Paris, 29 janvier 1896), pianiste et organiste. Il étudia au Conservatoire de Paris où il obtint un 1er prix de solfège en 1854, de piano en 1855, d’harmonie et d’accompagnement en 1857, d’orgue en 1860 et de contrepoint et fugue en 186Lire la suite… et GuiraudGuiraud, ErnestErnest Guiraud (Nouvelle-Orléans/USA, 23 juin 1837 – Paris, 6 mai 1892), compositeur. Il étudia avec son père Jean-Baptiste Guiraud qui avait été 1er prix de Rome en 1827. Il composa à quinze ans son premier opéra, Le Roi David (La Nouvelle-Orléans, 1852) qui fut représenté avec succès. ILire la suite…, ont exécuté des variations pour piano à quatre mains sur une cavatine de BelliniBellini, VincenzoVincenzo Bellini (Catania 3 novembre 1801 – Puteaux près Paris, 23 septembre 1835), compositeur. Fils et petit-fils de compositeurs, il fit ses études au Collège Royal de Musique à Naples de 1819 à 1825 avec Tritto et Zingarelli. Il fut également influencé par les opéras de Rossini, compositLire la suite… avec un ensemble parfait ; puis, M. GuiraudGuiraud, ErnestErnest Guiraud (Nouvelle-Orléans/USA, 23 juin 1837 – Paris, 6 mai 1892), compositeur. Il étudia avec son père Jean-Baptiste Guiraud qui avait été 1er prix de Rome en 1827. Il composa à quinze ans son premier opéra, Le Roi David (La Nouvelle-Orléans, 1852) qui fut représenté avec succès. ILire la suite… et M. Chaîne ont fait entendre une sonate pour piano et violon qui, bien qu’elle ait tout le développement que comporte le genre classique, a été écoutée avec beaucoup d’attention et d’intérêt ; enfin, M. PlantéPlanté, FrancisFrancis Planté (Orthez, 2 mars 1839 – Saint-Avit, 19 décembre 1934), pianiste. Il étudia avec Mme de Saint-Aubert, élève de Liszt, et donna son premier concert public à l’Hôtel de Ville de Paris à sept ans. Il étudia ensuite au Conservatoire de Paris, où il obtint un premier prix de piLire la suite… a joué l’hymne national russe varié. Ce morceau, aussi difficile qu’il est savamment écrit, ne coûte aucune peine à l’habile pianiste ; on dirait qu’il s’agit de la chose du monde la plus simple. M. PlantéPlanté, FrancisFrancis Planté (Orthez, 2 mars 1839 – Saint-Avit, 19 décembre 1934), pianiste. Il étudia avec Mme de Saint-Aubert, élève de Liszt, et donna son premier concert public à l’Hôtel de Ville de Paris à sept ans. Il étudia ensuite au Conservatoire de Paris, où il obtint un premier prix de piLire la suite… a encore exécuté trois des grandes études de concert de madame Farrenc, parmi lesquelles celle en octaves, que la brillante assemblée a voulu entendre deux fois. M. Chaîne a joué une fantaisie de sa composition, sur des thèmes de la Juive Juive, LaLa Juive, opéra en cinq actes sur un livret d’Eugène Scribe mis en musique par Fromental Halévy et créé à l’Opéra de Paris le 23 février 1835.Lire la suite…; l’éminent violoniste a obtenu un beau et légitime succès. Quelques morceaux de chant ont complété cette séance, qui a fait honneur à M. MarmontelMarmontel, Antoine-FrançoisAntoine-François Marmontel (Clermont-Ferrand, 18 juillet 1816 – Paris, 16 janvier 1898), pianiste et pédagogue. Il étudia au Conservatoire de Paris, où il obtint un premier prix de solfège en 1828, un premier prix de piano et un deuxième prix d’harmonie et d’accompagnement en 1832 et enfLire la suite…, à ses dignes élèves et aux compositeurs, dont ils ont si bien fait valoir les œuvres.

Une séance, également très intéressante, avait précédemment eu lieu chez M. BaillotBaillot, René-PaulRené-Paul Baillot (Paris, 23 octobre 1813 – Paris, 28 mars 1889), pianiste et compositeur. Fils du violoniste Pierre Baillot, il fut le premier titulaire de la classe de musique d’ensemble au Conservatoire de Paris et donna à son domicile des concerts dans lesquels il interprétait les concertosLire la suite…, qui, on le sait, a la direction d’une école d’ensemble au Conservatoire, dans laquelle sont admises les meilleures élèves des diverses classes de piano. Il est bien entendu que le mot meilleuresConcerto pour piano et orchestre no. 1 en sol mineur Op. 25Concerto pour piano et orchestre no. 1 en sol mineur Op. 25 de Felix Mendelssohn. L’œuvre écrite en 1831 et dédiée à Delphine von Schaurot, fut créée par Mendelssohn à la Salle Odéon à Munich le 17 octobre 1831.Lire la suite… implique particulièrement ici l’idée de bonnes musiciennes. Il ne nous est pas possible de parler avec détails de l’exécution de chaque morceau, bien que tous aient témoigné du talent des élèves et de l’excellente direction du maître. Dans la nécessité où nous sommes de nous borner, nous citerons, comme il est de droit, ceux qui ont produit le plus d’effet. On a admiré la belle et correcte exécution de mesdemoiselles LeclercqLeclercq, Aimée-FélicieAimée-Félicie Leclercq (Paris, 30 mai 1839 – Paris, 8 mars 1906), pianiste. Elle étudia au Conservatoire de Paris, où elle obtint un 1er prix de solfège en 1855. Elle obtint un 1er prix de piano en 1858 puis 2eme accessit d’harmonie et d’accompagnement en 1860. Elle fut répétiteur de solLire la suite… et Sabatier-BlotSabatier-Blot, Sophie-MariaSophie-Maria Sabatier-Blot (Guise/ Aisne, 6 septembre 1839 – Paris, 17 octobre 1891), pianiste. Elle étudia au Conservatoire de Paris, où elle obtint en 1856 un deuxième prix de solfège, avant d’obtenir en 1860 un premier prix de piano dans la classe de Louise Farrenc.Lire la suite… dans le concerto en sol mineurConcerto pour piano et orchestre no. 1 en sol mineur Op. 25Concerto pour piano et orchestre no. 1 en sol mineur Op. 25 de Felix Mendelssohn. L’œuvre écrite en 1831 et dédiée à Delphine von Schaurot, fut créée par Mendelssohn à la Salle Odéon à Munich le 17 octobre 1831.Lire la suite… de Mendelssohn. La première de ces jeunes virtuoses a joué l’allegro, et la seconde nous a fait entendre l’adagio et le finale. L’andanteSonate pour piano et violoncelle si bémol Majeur Op. 46Sonate pour piano et violoncelle en si bémol majeur Op. 46 de Louise Farrenc. Composée en 1857, l’œuvre fut créé à une soirée musicale chez Madame Pierson, née Bodin, élève de Madame Farrenc  le 27 décembre 1857 et publiée en 1861. C’est la dernière œuvre d’envergure composée pLire la suite… et le finale du premier quintette de madame Farrenc, pour piano, violon, alto, violoncelle et contrebasse, ont été parfaitement exécutés par mademoiselle MonginMongin, Marie-LouiseMarie-Louise Mongin (Besançon, 11 juin 1841 – ?), pianiste et pédagogue. Elle étudia au Conservatoire de Paris, où elle obtint un 1er prix de solfège en 1855. Élève de Louise Farrenc, elle obtint un 1er prix de piano en 1859 et un 1er prix d’harmonie et d’accompagnement en 1861. Elle se Lire la suite… et plusieurs élèves du Conservatoire. Le jeune et prodigieux SarasateSarasate, Martin Meliton dit Pablo deMartin Meliton dit Pablo de Sarasate (Pampelune, 10 mars 1844 – Biarritz, 20 septembre 1908), violoniste et compositeur. Il étudia au Conservatoire de Paris et obtint un 1er prix de solfège, un 1er prix de violon en 1857 et 2e accessit d’harmonie en 1859. Il fut un virtuose du violon se produisaLire la suite…, qui compte à peine treize printemps, debout devant un pupitre, beaucoup plus haut que lui, ayant en ses mains un violon proportionné à sa très petite taille, semblait diriger toute l’exécution ; il a déployé une intelligence vraiment surprenante.

La composition a obtenu le plus grand succès, et des murmures de satisfaction se sont fait entendre à plusieurs reprises, surtout pendant le délicieux andanteSonate pour piano et violoncelle si bémol Majeur Op. 46Sonate pour piano et violoncelle en si bémol majeur Op. 46 de Louise Farrenc. Composée en 1857, l’œuvre fut créé à une soirée musicale chez Madame Pierson, née Bodin, élève de Madame Farrenc  le 27 décembre 1857 et publiée en 1861. C’est la dernière œuvre d’envergure composée pLire la suite…. L’étonnement a été à son comble lorsque SarasateSarasate, Martin Meliton dit Pablo deMartin Meliton dit Pablo de Sarasate (Pampelune, 10 mars 1844 – Biarritz, 20 septembre 1908), violoniste et compositeur. Il étudia au Conservatoire de Paris et obtint un 1er prix de solfège, un 1er prix de violon en 1857 et 2e accessit d’harmonie en 1859. Il fut un virtuose du violon se produisaLire la suite… a exécuté plusieurs études inédites de BaillotBaillot, René-PaulRené-Paul Baillot (Paris, 23 octobre 1813 – Paris, 28 mars 1889), pianiste et compositeur. Fils du violoniste Pierre Baillot, il fut le premier titulaire de la classe de musique d’ensemble au Conservatoire de Paris et donna à son domicile des concerts dans lesquels il interprétait les concertosLire la suite…, accompagnées par le fils du grand artiste qui a rendu ce nom si respectable. Ces études, fort remarquables comme composition, contiennent les plus grandes difficultés de l’instrument. A part le volume du son, on aurait cru entendre AlardAlard, Delphin-JeanDelphin-Jean Alard (Bayonne, 8 mars 1815 – Paris, 22 février 1888), violoniste, pédagogue et compositeur. Il étudia au Conservatoire de Paris avec Habeneck, Fétis et Halévy et obtint un premier prix de violon à l’unanimité en 1830. Il fut soliste à la Société des Concerts du ConservatoLire la suite…, SivoriSivori, Ernesto CamilloErnesto Camillo Sivori (Gènes, 25 octobre 1815 – Gênes, 19 février 1894), violoniste et compositeur. Élève de Niccolo Paganini, il se produisit dans toute l’Europe, mais surtout à Londres où il fonda en 1845 The Beethoven Quartet Society et collabora avec Berlioz au sein de la New PhilharLire la suite… ou VieuxtempsVieuxtemps, HenriHenri Vieuxtemps (Verviers/Belgique, 17 février 1820 – Mustapha/Algérie, 6 juin 1881), violoniste et compositeur. Enfant prodige, il se produisit en concerts à Bruxelles dès l’âge de sept ans, attirant l’attention du violoniste Charles de Bériot qui le fit venir à Paris, où il débuta enLire la suite…. Il serait injuste de finir cette revue rapide sans mentionner le jeu élégant et pur de mademoiselle BaissaignetBessaignet, Claire-LéonieClaire-Léonie Bessaignet (Paris, 17 avril 1842 – Paris, 20 avril 1928), pianiste. Elle étudia au Conservatoire de Paris, où elle obtint un 1er prix de solfège en 1857, d’harmonie et d’accompagnement en 1862 et de piano également en 1862. Elle était une élève de Louise Farrenc. Elle épouLire la suite… [Bessaignet]Bessaignet, Claire-LéonieClaire-Léonie Bessaignet (Paris, 17 avril 1842 – Paris, 20 avril 1928), pianiste. Elle étudia au Conservatoire de Paris, où elle obtint un 1er prix de solfège en 1857, d’harmonie et d’accompagnement en 1862 et de piano également en 1862. Elle était une élève de Louise Farrenc. Elle épouLire la suite…, et sans donner aussi des encouragements mérités à mesdemoiselles CorrègeCorrege, MlleIl n’y a pas encore de descriptionLire la suite…, RoyRoy, Léonie-Françoise-CatherineLéonie-Françoise-Catherine Roy (Baume/Doubs, 29 septembre 1839 – ?), pianiste. Elle étudia au Conservatoire de Paris et obtint un 2eme prix de solfège en 1858. Elle épousa Abel Adolphe Boydron le 24 mai 1859.Source: Constant Pierre: Le Conservatoire NationalLire la suite…, DelafosseDelafosse, Louise-Philippine-LéonieLouise-Philippine-Léonie Delafosse (Taverny/Seine-et-Oise, 18 janvier 1840 – Paris, 16 mai 1901), pianiste. Elle étudia au Conservatoire de Paris et obtint un 1er prix de solfège en 1857. Elle épousa Charles-Ernest Prat le 14 mars 1861.Lire la suite…, RensburgRensburg, CélestineCélestine Rensburg (La Haye, 23 mai 1839 – ?), pianiste. Elle étudia au Conservatoire de Paris et obtint un 1er accessit de piano en 1858.Source: Constant Pierre: Le Conservatoire National.Lire la suite… et WildenWilden, Joséphine-ClémentineJoséphine-Clémentine Wilden (Moscou, 6 janvier 1846 – ?), pianiste. Elle étudia au Conservatoire de Paris et obtint une 1ere mention de clavier en 1864.Source: Constant Pierre: Le Conservatoire National.Lire la suite….

Maintenant, si l’on était étonné de ne trouver ici que des éloges, nous répondrions que n’aimant point à critiquer parce que nous connaissons la susceptibilité des artistes, nous évitons de parler des concerts mauvais ou médiocres, le temps dont nous pouvons disposer ne nous permettant pas d’ailleurs d’aller partout où l’on fait de la musique. Mais, dira-t-on, la perfection absolue n’étant pas donnée à l’homme, n’y a-t-il pas toujours ou du moins souvent quelques observations utiles à faire ? A cela nous répondrons : oui, et nous ajouterons qu’ayant voulu éviter les personnalités, nous nous sommes réservé de formuler notre critique d’une manière générale. Ainsi, nous dirons aux jeunes pianistes : que l’abus de la pédale est une chose déplorable ; que les mouvements de la tête, du corps, des bras et des mains produisent toujours un mauvais effet ; que le pigeon vole est souverainement ridicule et donne de la sécheresse au jeu ; que le perpétuel tempo rubato est agaçant et ne peut être toléré que par les personnes qui manquent de goût ; que la manie de ne jamais frapper la basse en même temps que les parties supérieures, mais constamment en arpèges, est chose anti musicale ; enfin, qu’exagérer le mouvement des morceaux vifs et croire que par là on montre plus de talent et qu’on augmente l’effet, est une grave erreur. Au surplus, nous nous plaisons à le dire, toutes ces observations ne concernent point les exécutants que nous avons entendus dans les séances dont il vient d’être question ; la première et la dernière seulement pourraient être appliquées à quelques-uns d’entre eux.