Le Moniteur Universel, 15 janvier 1865, p. (article signé E. REYER).

Feuilleton du MoniteurSOUVENIRS D’ALLEMAGNE Voir Le Moniteur des 19, 20, 22, 27, 29, 30 novembre, 16, 22, 25, 31 décembre 1864 et 3, 4, 6, 7 et 12 janvier 1865.

Maintenant je demanderai à M. WagnerWagner, RichardRichard Wagner (Leipzig, 22 mai 1813 – Venise, 13 février 1843), compositeur. Il étudia la musique tout d’abord en autodidacte puis, à partir de 1831, à l’université de Leipzig avec C. T. Weinlig. Chef des chœurs à Wurtzbourg en 1831, il devint directeur musical à Magdebourg de 1834 àLire la suite… s’il espère arriver par des moyens mécaniques, électriques et télégraphiques, à établir la relation immédiate, instantanée, qui doit exister entre les voix et les instruments, et de quelle façon il remplacera l’attraction magnétique qu’exercent sur les chanteurs le bâton, et souvent même la physionomie du chef d’orchestre.

Quelques-unes des difficultés que présente l’exécution des NiebelungenTetralogie des NiebelungenLa Tetralogie l’Anneau des Niebelungen (Der Ring des Nibelungen) est composée d’un prologue et de trois opéras (Journées):L’Or du Rhin (Das Rheingold)La Walkyrie (Die Walkürie)SiegfriedLe Crépuscule des Dieux (Die Götterdämmerung)Lire la suite… et que M. WagnerWagner, RichardRichard Wagner (Leipzig, 22 mai 1813 – Venise, 13 février 1843), compositeur. Il étudia la musique tout d’abord en autodidacte puis, à partir de 1831, à l’université de Leipzig avec C. T. Weinlig. Chef des chœurs à Wurtzbourg en 1831, il devint directeur musical à Magdebourg de 1834 àLire la suite… se chargerait d’aplanir, pour peu cependant qu’on voulût bien l’y aider, ne me semblent rien moins que des impossibilités flagrantes. II y a par exemple dans son prologue une scène où les trois filles du Rhin nagent et sautent constamment, tout en chantant leurs rôles. A propos de cette scène, le traducteur-collaborateur de La Gazette musicale, auquel j’ai emprunté les détails qui précèdent, dit très-spirituellement : « C’est l’école de la natation réunie à celle de la vocalise. »

M. Richard WagnerWagner, RichardRichard Wagner (Leipzig, 22 mai 1813 – Venise, 13 février 1843), compositeur. Il étudia la musique tout d’abord en autodidacte puis, à partir de 1831, à l’université de Leipzig avec C. T. Weinlig. Chef des chœurs à Wurtzbourg en 1831, il devint directeur musical à Magdebourg de 1834 àLire la suite…, arrivant à la question d’argent, la résout en quelques mots, et il nous fait savoir que « si un prince allemand donnait la somme que lui coûte annuellement son théâtre, on pourrait construire la salle provisoire nécessaire aux NiebelungenTetralogie des NiebelungenLa Tetralogie l’Anneau des Niebelungen (Der Ring des Nibelungen) est composée d’un prologue et de trois opéras (Journées):L’Or du Rhin (Das Rheingold)La Walkyrie (Die Walkürie)SiegfriedLe Crépuscule des Dieux (Die Götterdämmerung)Lire la suite…. » Mais encore une fois pourquoi ce mot provisoire revient-il si souvent au bout de la plume de M. Wagner Wagner, RichardRichard Wagner (Leipzig, 22 mai 1813 – Venise, 13 février 1843), compositeur. Il étudia la musique tout d’abord en autodidacte puis, à partir de 1831, à l’université de Leipzig avec C. T. Weinlig. Chef des chœurs à Wurtzbourg en 1831, il devint directeur musical à Magdebourg de 1834 àLire la suite…? Le célèbre compositeur douterait-il lui-même de la réalisation de son plan et du succès de son ouvrage ? On m’a cependant assuré que le jeune roi de Bavière était tout disposé à satisfaire aux désirs de son nouveau maître de chapelle, et qu’il ne voyait rien d’extravagant ni même d’impossible dans le projet que celui-ci a élaboré. Fort heureusement le monarque bavarois est assez riche pour qu’une pareille fantaisie ne le force pas à rayer de son budget la somme qui est affectée annuellement au théâtre de Munich. Pendant que s’achèveront dans quelque petite ville du royaume, déjà désignée peut-être, les préparatifs nécessaires à la représentation de la grande épopée des NiebelungenTetralogie des NiebelungenLa Tetralogie l’Anneau des Niebelungen (Der Ring des Nibelungen) est composée d’un prologue et de trois opéras (Journées):L’Or du Rhin (Das Rheingold)La Walkyrie (Die Walkürie)SiegfriedLe Crépuscule des Dieux (Die Götterdämmerung)Lire la suite… et auxquels présidera sans doute M. Richard WagnerWagner, RichardRichard Wagner (Leipzig, 22 mai 1813 – Venise, 13 février 1843), compositeur. Il étudia la musique tout d’abord en autodidacte puis, à partir de 1831, à l’université de Leipzig avec C. T. Weinlig. Chef des chœurs à Wurtzbourg en 1831, il devint directeur musical à Magdebourg de 1834 àLire la suite…, la salle de la place Max-Joseph ne sera donc pas fermée au public, et M. Franz LachnerLachner, Franz PaulFranz Paul Lachner (Raim am Lech, 2 avril 1803 – Munich, 20 janvier 1890), compositeur et chef d’orchestre. Il étudia avec son père, l’organiste Anton Lachner. Il gagna le concours et devint titulaire de l’orgue de l’église luthérienne de Vienne (1823), où il compléta ses études musLire la suite… pourra y diriger comme autrefois ces chefs-d’œuvre de l’art contemporain et de l’ancienne école qui, pour ne pas être conçus dans des proportions colossales, n’en ont pas moins un certain mérite.

Si M. Richard WagnerWagner, RichardRichard Wagner (Leipzig, 22 mai 1813 – Venise, 13 février 1843), compositeur. Il étudia la musique tout d’abord en autodidacte puis, à partir de 1831, à l’université de Leipzig avec C. T. Weinlig. Chef des chœurs à Wurtzbourg en 1831, il devint directeur musical à Magdebourg de 1834 àLire la suite… venait à mourir demain, il aurait sans doute sa statue à Munich, sur la place de la Promenade, entre Roland de LassusLassus, Roland deOrlande [Roland] de Lassus (Mons/ Hainaut, 1532 [1530] – Munich, 14 juin 1594), compositeur. En 1544, il fut engagé aux Pays-Bas par le général Ferrante Gonzaga, qui l’emmena avec sa suite à Mantoue puis à Milan, où il résida de 1546 à 1549. Après un séjour à Naples, d’où dateraienLire la suite… et Gluck Gluck, Christoph WillibaldChristoph Willibald Gluck (Erasbach/Haut-Palatinat, 2 juillet 1714 – Vienne, 15 novembre 1787), compositeur. Né en Bohème, on ne sait rien de ses études scolaires ou musicales. En 1732, il alla à Prague, jouant du violon, et préférablement du violoncelle et chantant dans les chœurs des églLire la suite…; seulement je voudrais que cette statue, comme celle de Janus, fût à deux visages. D’un côté on verrait M. WagnerWagner, RichardRichard Wagner (Leipzig, 22 mai 1813 – Venise, 13 février 1843), compositeur. Il étudia la musique tout d’abord en autodidacte puis, à partir de 1831, à l’université de Leipzig avec C. T. Weinlig. Chef des chœurs à Wurtzbourg en 1831, il devint directeur musical à Magdebourg de 1834 àLire la suite…, l’auteur de RienziRienziRienzi, opéra en cinq actes sur un livret en allemand et une musique de Richard Wagner créé au Théâtre royal de la Cour à Dresde le 20 octobre 1842. La version en français due à Charles Nuitter et Jules Guillaume fut créée au Théâtre-Lyrique de Paris le 6 avril 1867.Lire la suite…, du Hollandais volant, de TannhäuserTannhäuserTannhäuser, opéra romantique en trois actes sur un livret en allemand et une musique de Richard Wagner créé au Théâtre royal de la Cour à Dresde le 19 octobre 1845. Wagner fit des quelques changements pour la version en français due à Charles Nuitter qui fut créée à l’Opéra de Paris Lire la suite… et de LohengrinLohengrinLohengrin, opéra romantique en trois actes sur un livret en allemand et une musique de Richard Wagner créé au Théâtre Grand-ducal de Weimar le 28 août 1850.Lire la suite… ; de l’autre il serait représenté avec une expression de physionomie toute différente, écrivant Les NiebelungenTetralogie des NiebelungenLa Tetralogie l’Anneau des Niebelungen (Der Ring des Nibelungen) est composée d’un prologue et de trois opéras (Journées):L’Or du Rhin (Das Rheingold)La Walkyrie (Die Walkürie)SiegfriedLe Crépuscule des Dieux (Die Götterdämmerung)Lire la suite…, Tristan et Yseult, et Le Minnesænger [Meistersinger]. Le titre de cet opéra est peu connu en France ; M. WagnerWagner, RichardRichard Wagner (Leipzig, 22 mai 1813 – Venise, 13 février 1843), compositeur. Il étudia la musique tout d’abord en autodidacte puis, à partir de 1831, à l’université de Leipzig avec C. T. Weinlig. Chef des chœurs à Wurtzbourg en 1831, il devint directeur musical à Magdebourg de 1834 àLire la suite… l’a composé, il n’y a pas bien longtemps, pendant son séjour à Bieberich, dans le duché de Nassau. C’est un opéra de demi-caractère (je n’ose pas dire un opéra-comique), dont le sujet est emprunté à la vie de Hans SachsSachs, HansHans Sachs (Nuremberg, 5 novembre 1494 – Nuremberg, 19 janvier 1576), poète, maître-chanteur et cordonnier. Il fréquenta l’école latine de Nuremberg et devint à quatorze ans apprenti cordonnier. De 1511 à 1516, il voyagea comme compagnon cordonnier. C’est vers 1513 à Innsbruck qu’il aLire la suite…, né à Nuremberg vers la fin du 15e siècle, et qui fut tour à tour cordonnier, maître d’école, poëte-chanteur et grand ami de Martin LutherLuther, MartinMartin Luther (Eisleben/Thuringe, 10 novembre 1483 – Eisleben, 18 février 1546), religieux, théologien, fondateur du protestantisme. Il étudia la grammaire, la rhétorique et la logique dans les écoles latines de Mansfeld, Magdebourg et Eisenach puis entra à l’université d’Erfurt, où ilLire la suite…. Le compositeur LortzingLortzing, Gustav AlbertGustav Albert Lortzing (Berlin, 23 octobre 1801 – Berlin, 21 janvier 1851), compositeur, acteur et chanteur. Il étudia le piano avec Johann Heinrich Griebel et la théorie musicale avec Karl Friedrich Rungenhagen. En 1811, ses parents débutèrent une carrière d’acteurs-chanteurs dans des trouLire la suite…, auteur de Czar Czar und Zimmerman (Tsar et charpentier)Czar und Zimmermann, (Tsar et charpentier), opéra-comique en trois actes sur un livret en allemand et une musique d’Albert  Lortzing créé au Théâtre de la ville à Leipzig le 22 décembre 1837.Lire la suite…[Zar (CzaarCzar und Zimmerman (Tsar et charpentier)Czar und Zimmermann, (Tsar et charpentier), opéra-comique en trois actes sur un livret en allemand et une musique d’Albert  Lortzing créé au Théâtre de la ville à Leipzig le 22 décembre 1837.Lire la suite…)] und ZimmermannCzar und Zimmerman (Tsar et charpentier)Czar und Zimmermann, (Tsar et charpentier), opéra-comique en trois actes sur un livret en allemand et une musique d’Albert  Lortzing créé au Théâtre de la ville à Leipzig le 22 décembre 1837.Lire la suite…, opéra très-populaire en Allemagne, a traité le même sujet, mais dans un tout autre style.

Si j’ai fait à M. Richard WagnerWagner, RichardRichard Wagner (Leipzig, 22 mai 1813 – Venise, 13 février 1843), compositeur. Il étudia la musique tout d’abord en autodidacte puis, à partir de 1831, à l’université de Leipzig avec C. T. Weinlig. Chef des chœurs à Wurtzbourg en 1831, il devint directeur musical à Magdebourg de 1834 àLire la suite… une si large place dans ces Souvenirs, c’est qu’il est aujourd’hui le compositeur vivant le plus célèbre et le plus applaudi en Allemagne ; il est prophète dans son pays. TannhäuserTannhäuserTannhäuser, opéra romantique en trois actes sur un livret en allemand et une musique de Richard Wagner créé au Théâtre royal de la Cour à Dresde le 19 octobre 1845. Wagner fit des quelques changements pour la version en français due à Charles Nuitter qui fut créée à l’Opéra de Paris Lire la suite… et LohengrinLohengrinLohengrin, opéra romantique en trois actes sur un livret en allemand et une musique de Richard Wagner créé au Théâtre Grand-ducal de Weimar le 28 août 1850.Lire la suite… sont les deux partitions du maître qui rallient le plus d’adhérents ; RienziRienziRienzi, opéra en cinq actes sur un livret en allemand et une musique de Richard Wagner créé au Théâtre royal de la Cour à Dresde le 20 octobre 1842. La version en français due à Charles Nuitter et Jules Guillaume fut créée au Théâtre-Lyrique de Paris le 6 avril 1867.Lire la suite… et Le Hollandais volant jouissent d’une popularité moins grande ; Tristan et Yseult, Les NiebelungenTetralogie des NiebelungenLa Tetralogie l’Anneau des Niebelungen (Der Ring des Nibelungen) est composée d’un prologue et de trois opéras (Journées):L’Or du Rhin (Das Rheingold)La Walkyrie (Die Walkürie)SiegfriedLe Crépuscule des Dieux (Die Götterdämmerung)Lire la suite…, Le Minnesænger, ses trois derniers ouvrages, n’ont encore été révélés au public que par des fragments exécutés dans différents concerts ; mais les musiciens qui ont pu s’en faire une idée d’après la lecture de la partition ne sont pas, tant s’en faut, tous du même avis. A côté des enthousiastes quand même, il y a les contradicteurs qui discutent ce qu’ils comprennent, qui cherchent à deviner ce qu’ils ne comprennent pas, et qui, fatigués de toutes ces énigmes dont ils ne peuvent pénétrer le sens, sont bien loin de convenir que l’œuvre de M. WagnerWagner, RichardRichard Wagner (Leipzig, 22 mai 1813 – Venise, 13 février 1843), compositeur. Il étudia la musique tout d’abord en autodidacte puis, à partir de 1831, à l’université de Leipzig avec C. T. Weinlig. Chef des chœurs à Wurtzbourg en 1831, il devint directeur musical à Magdebourg de 1834 àLire la suite… ne soit qu’un formidable crescendo. Quant à mon opinion personnelle sur M. WagnerWagner, RichardRichard Wagner (Leipzig, 22 mai 1813 – Venise, 13 février 1843), compositeur. Il étudia la musique tout d’abord en autodidacte puis, à partir de 1831, à l’université de Leipzig avec C. T. Weinlig. Chef des chœurs à Wurtzbourg en 1831, il devint directeur musical à Magdebourg de 1834 àLire la suite…, je crois l’avoir exprimée d’une façon assez claire : il y a en lui deux hommes dont il semble que l’un cherche à faire oublier l’autre, et louer devant le maître TannhäuserTannhäuserTannhäuser, opéra romantique en trois actes sur un livret en allemand et une musique de Richard Wagner créé au Théâtre royal de la Cour à Dresde le 19 octobre 1845. Wagner fit des quelques changements pour la version en français due à Charles Nuitter qui fut créée à l’Opéra de Paris Lire la suite… ou LohengrinLohengrinLohengrin, opéra romantique en trois actes sur un livret en allemand et une musique de Richard Wagner créé au Théâtre Grand-ducal de Weimar le 28 août 1850.Lire la suite…, c’est presque blâmer implicitement Les NiebelungenTetralogie des NiebelungenLa Tetralogie l’Anneau des Niebelungen (Der Ring des Nibelungen) est composée d’un prologue et de trois opéras (Journées):L’Or du Rhin (Das Rheingold)La Walkyrie (Die Walkürie)SiegfriedLe Crépuscule des Dieux (Die Götterdämmerung)Lire la suite… et Tristan et Yseult.

J’ai rencontré en Allemagne des musiciens d’une très-grande valeur, de savants théoriciens ; mais leurs œuvres sont loin de révéler ce sentiment dramatique, cette puissance de conception, cette richesse de coloris, et surtout cette originalité de forme et de pensées que l’on trouve dans certaines pages du TannhäuserTannhäuserTannhäuser, opéra romantique en trois actes sur un livret en allemand et une musique de Richard Wagner créé au Théâtre royal de la Cour à Dresde le 19 octobre 1845. Wagner fit des quelques changements pour la version en français due à Charles Nuitter qui fut créée à l’Opéra de Paris Lire la suite…, de LohengrinLohengrinLohengrin, opéra romantique en trois actes sur un livret en allemand et une musique de Richard Wagner créé au Théâtre Grand-ducal de Weimar le 28 août 1850.Lire la suite… et même des NiebelungenTetralogie des NiebelungenLa Tetralogie l’Anneau des Niebelungen (Der Ring des Nibelungen) est composée d’un prologue et de trois opéras (Journées):L’Or du Rhin (Das Rheingold)La Walkyrie (Die Walkürie)SiegfriedLe Crépuscule des Dieux (Die Götterdämmerung)Lire la suite…. Elles ne sont pas pour cela sans mérite. Le MacbethMacbethMacbeth, Op. 133, opéra en cinq actes sur un livret en allemand de Friedrich Eggers, d’après Shakespeare, mis en musique par Wilhelm Taubert et créé à l’Opéra Royal de Berlin le 16 novembre 1857.Lire la suite… de M. TaubertTaubert, Carl Gottfried WilhelmCarl Gottfried Wilhelm Taubert (Berlin, 23 mars 1811 – Berlin, 7 janvier 1891), pianiste, chef d’orchestre et compositeur. Il étudia avec Ludwig Berger (piano) et Bernhard Klein (composition) et fut nommé assistant chef d’orchestre et accompagnateur des concerts de la cour de Berlin (1831). Lire la suite…, maître de chapelle à Berlin ; Les NiebelungenTetralogie des NiebelungenLa Tetralogie l’Anneau des Niebelungen (Der Ring des Nibelungen) est composée d’un prologue et de trois opéras (Journées):L’Or du Rhin (Das Rheingold)La Walkyrie (Die Walkürie)SiegfriedLe Crépuscule des Dieux (Die Götterdämmerung)Lire la suite… (opéra en une seule soirée) de M. DornDorn, Heinrich Ludwig EgmontHeinrich Ludwig Egmont Dorn (Königsberg, 14 novembre 1804 – Berlin, 10 janvier 1892), chef d’orchestre et compositeur. Il étudia d’abord à Königsberg puis compléta ses études avec Ludwig Berger, Bernhard Klein et Carl Friedrich Zelter à Berlin où son premier opéra, Rolands Knappen (18Lire la suite…, également maître de chapelle du roi de Prusse ; La Fiancée du brigandFiancée du Brigand, LaLa Fiancée du brigand (Die Räuberbraut), Op. 156, opéra en trois actes sur un livret en allemand de Georg Döring mis en musique par Ferdinand Ries et créé à Frankfort le 15 octobre 1828.Lire la suite…, de Ferdinand RiesRies, FerdinandFerdinand Ries (Bonn, 28 novembre 1784 – Francfort, 13 janvier 1838), pianiste et compositeur. Il étudia le piano et le violon avec son père, et le violoncelle avec Bernhard Romberg. En 1801, il se rendit à Vienne pour étudier le piano avec Beethoven et la composition avec Albrechtsberger. En Lire la suite…, l’élève et l’ami de Beethoven Beethoven, Ludwig vanLudwig van Beethoven (Bonn, 16 décembre 1770 – Vienne, 26 mars 1827), compositeur. Enfant prodige qui donna son premier concert public à Bonn à huit ans. Il alla à Vienne et prit des leçons avec Haydn de 1792 à 1794 puis avec Albrechtsberger de 1794 à 1795 et avec Salieri vers 1799. Il compLire la suite…; Le LoreleyLorelei, DieDie Lorelei, op. 16, opéra en quatre actes sur un livret en allemand d’Emanuel Geibel mis en musique par Max Bruch et créé au Théâtre de la Cour à Mannheim le 14 juin 1863.Lire la suite…, de M. Max Bruch ; Les CatacombesCatacombes, LesLes Catacombes (Die Katakomben), ernste oper (opéra sérieux) en trois actes sur un livret en allemand de Moritz Hartmann mis en musique par Ferdinand von Hiller et créé à Wiesbaden le 15 février 1862.Lire la suite…, de M. Ferdinand Hiller Hiller, FerdinandFerdinand Hiller (Francfort, 24 novembre 1811 – Cologne, 11 juin 1885), pianiste et compositeur. A la recommandation de son grand ami, Mendelssohn, il étudia à Weimar avec Hummel de 1825 à 1827 puis s’établit à Paris de 1828 à 1835 où il devint l’ami de Chopin, Liszt et Berlioz. Après unLire la suite…;  Poëte et PaysanPoète et PaysanDichter und Bauer (Poète et Paysan), opéra-comique en 3 actes de Franz von Suppé, sur un livret de Karl Elmar, créé au Théâtre An-der-Wien de Vienne le 24 août 1846.Lire la suite… de M. SuppéSuppé, Franz vonFrancesco Ezechiele Ermenegildo Cavaliere Suppé Demelli dit Franz von Suppé (Spalato/Dalmatie, 18 avril 1819 – Vienne, 21 mai 1895), compositeur et chef d’orchestre. Il étudia avec Giovanni Cigalla et fut forcé d’étudier le droit à Padoue. À la mort de son père, il s’installa avec saLire la suite…, CatherineCatarina Cornaro Königin von Cypern (Catherine Cornaro reine de Chypre)Catarina Cornaro Königin von Cypern, (Catherine Cornaro reine de Chypre), op. 71,  opéra  en quatre actes sur un livret  de  Henri de Saint-Georges traduit en allemand par Alois Joseph Büssel et mis en musique par Franz Lachner. L’œuvre fut créée au Théâtre royal de la Cour  de BavièLire la suite… [CatharinaCatarina Cornaro Königin von Cypern (Catherine Cornaro reine de Chypre)Catarina Cornaro Königin von Cypern, (Catherine Cornaro reine de Chypre), op. 71,  opéra  en quatre actes sur un livret  de  Henri de Saint-Georges traduit en allemand par Alois Joseph Büssel et mis en musique par Franz Lachner. L’œuvre fut créée au Théâtre royal de la Cour  de BavièLire la suite…] CornaroCatarina Cornaro Königin von Cypern (Catherine Cornaro reine de Chypre)Catarina Cornaro Königin von Cypern, (Catherine Cornaro reine de Chypre), op. 71,  opéra  en quatre actes sur un livret  de  Henri de Saint-Georges traduit en allemand par Alois Joseph Büssel et mis en musique par Franz Lachner. L’œuvre fut créée au Théâtre royal de la Cour  de BavièLire la suite… de M. Franz LachnerLachner, Franz PaulFranz Paul Lachner (Raim am Lech, 2 avril 1803 – Munich, 20 janvier 1890), compositeur et chef d’orchestre. Il étudia avec son père, l’organiste Anton Lachner. Il gagna le concours et devint titulaire de l’orgue de l’église luthérienne de Vienne (1823), où il compléta ses études musLire la suite… (le sujet de cet opéra est le même que celui de La Reine de ChypreReine de Chypre, LaLa Reine de Chypre, opéra en cinq actes sur un livret de Henri de Saint-Georges mis en musique par Fromental Halévy et créé à l’Opéra de Paris le 22 décembre 1841.Lire la suite…) ; Le Roi EnzioRoi Enzo, LeLe Roi Enzio, opéra en quatre actes sur un livret allemand de Friedrich Albert Bernard Dulk mis en musique par Johann Joseph Abert et créé au Théâtre de la Cour à Stuttgart le 5 mai 1862.Lire la suite… de M. AbertAbert, Jan JosefJan Josef Abert (Kochowitz, Bohème, 20 septembre 1832 – Stuttgart, 1er avril 1915), compositeur et chef d’orchestre. Au Conservatoire de Prague, il étudia la contrebasse auprès de Josef Hrabe et la théorie musicale avec Johann Friedrich Kittl et August Wilhelm Ambros. En 1853, il fut engagéLire la suite…, jeune maître sorti, il y a quelques années, du Conservatoire de Prague ; Le Guillaume d’OrangeGuillaume d’OrangeGuillaume d’Orange ou L’Union d’Utrecht, opéra en trois actes sur un livret en allemand de Friedrich Christoph Förster mis en musique par Karl Anton Florian Eckert et créé à Berlin le 19 novembre 1846. L’œuvre remaniée et traduite en français par Auguste Clavareau fut recréée au ThLire la suite… de M. EckertEckert, Karl Anton FlorianKarl Anton Florian Eckert (Potsdam, 7 décembre 1820 – Berlin, 14 octobre 1879), compositeur. Enfant prodige, il étudia, entre autres, avec Hubert Ries, Carl Friedrich Zelter et Carl Friedrich Rungenhagen à Berlin puis plus tard avec Félix Mendelssohn à Leipzig (1839). Son premier opéra, Die Lire la suite…, directeur de la chapelle du roi de Wurtemberg, et quelques autres dont je n’ai pu grader le souvenir, ont été joués avec succès sur différentes scènes allemandes. L’opéra de M. EckertEckert, Karl Anton FlorianKarl Anton Florian Eckert (Potsdam, 7 décembre 1820 – Berlin, 14 octobre 1879), compositeur. Enfant prodige, il étudia, entre autres, avec Hubert Ries, Carl Friedrich Zelter et Carl Friedrich Rungenhagen à Berlin puis plus tard avec Félix Mendelssohn à Leipzig (1839). Son premier opéra, Die Lire la suite…, que j’ai entendu à Stuttgart, il y a deux ans, plaisait beaucoup au dernier roi, et on l’exécuta le jour de sa fête. Malheureusement pour M. EckertEckert, Karl Anton FlorianKarl Anton Florian Eckert (Potsdam, 7 décembre 1820 – Berlin, 14 octobre 1879), compositeur. Enfant prodige, il étudia, entre autres, avec Hubert Ries, Carl Friedrich Zelter et Carl Friedrich Rungenhagen à Berlin puis plus tard avec Félix Mendelssohn à Leipzig (1839). Son premier opéra, Die Lire la suite…, le suffrage de son souverain ne pouvait avoir qu’une valeur relative ; car, dans les dernières années de sa vie, le roi Guillaume était complètement sourd.

La musique instrumentale compte aujourd’hui en Allemagne un assez grand nombre d’adeptes qui s’efforcent de suivre à des distances plus ou moins rapprochées les traces de HaydnHaydn, Franz JosefFranz Josef Haydn (Rohrau/Basse Autriche, 31 mars 1732 – Vienne, 31 mai 1809), compositeur. Il étudia avec Johann Mathias Franck, chef de chœur de l’église de Hainburg et fut remarqué par Reutter, maître de chapelle du Stephansdom à Vienne, qu’il le recruta en 1739 ou 1740 comme choristeLire la suite…, de BeethovenBeethoven, Ludwig vanLudwig van Beethoven (Bonn, 16 décembre 1770 – Vienne, 26 mars 1827), compositeur. Enfant prodige qui donna son premier concert public à Bonn à huit ans. Il alla à Vienne et prit des leçons avec Haydn de 1792 à 1794 puis avec Albrechtsberger de 1794 à 1795 et avec Salieri vers 1799. Il compLire la suite…, de MozartMozart, Wolfgang AmadeusWolfgang Amadeus Mozart (Salzbourg, 27 janvier 1756 – Vienne, 5 décembre 1791), compositeur. Enfant prodige. Son père développa ses dons pour le piano et la composition et l’exhiba dès l’âge de six ans dans des voyages à travers toute l’Europe. Ses premières compositions, des pièces Lire la suite… et de Sébastien BachBach, Jean-SebastienJohann Sebastian Bach (Eisenach, 21 mars 1685 – Leipzig, 28 juillet 1750), organiste et compositeur. Il fut nommé organiste à la Neue Kirche d’Arnstadt de 1703 à 1707. Ses premières œuvres pour orgue datent de cette époque. Il devint organiste à la Blasiuskirche de Mulhausen en 1707 et éLire la suite…. M. BrahmsBrahms, JohannesJohannes Brahms (Hambourg, 7 mai 1833 – Vienne, 3 avril 1897), compositeur. Il étudia le piano et la composition à Hambourg avec E. Marxsen. En 1853, il partit en tournée avec le violoniste hongrois Remenyi et rencontra à Hanovre le violoniste Joseph Joachim, avec lequel il se lia d’amitié etLire la suite…, de Vienne ; M. PargielBargiel, WoldemarWoldemar Bargiel (Berlin, 3 octobre 1828 – Berlin, 23 février 1897), compositeur et chef d’orchestre. Il est le demi-frère de Clara Wieck-Schumann. Il étudia le piano, le violon et l’harmonie avec son père et fut soliste dans les chœurs de la cathédrale de Berlin. Robert Schumann lui recLire la suite… [Bargiel]Bargiel, WoldemarWoldemar Bargiel (Berlin, 3 octobre 1828 – Berlin, 23 février 1897), compositeur et chef d’orchestre. Il est le demi-frère de Clara Wieck-Schumann. Il étudia le piano, le violon et l’harmonie avec son père et fut soliste dans les chœurs de la cathédrale de Berlin. Robert Schumann lui recLire la suite…, de Cologne ; M. MullnerMullner, M.Travaille a Aix-la-ChapelleLire la suite…, qui habite Aix-la-Chapelle ; M. GadeGade, Niels WilhelmNiels Wilhelm Gade (Copenhague, 22 février 1817 – Copenhague, 21 décembre 1890), violoniste, compositeur et pédagogue. Il étudia la théorie musicale et la composition avec A. P. Berggreen et le violon avec F.T. Wexschall. En 1833, il débuta comme violoniste et l’année suivante il fut engaLire la suite…, directeur de la musique du roi de Danemark, et M. RaffRaff, Joseph JoachimJoseph Joachim Raff (Lachen près Zurich, 27 mai 1822 – Francfort, 24/5 juin 1882), compositeur, critique et pédagogue. Il étudia la philologie et enseigna dans une école primaire avant de se décider de faire carrière dans la musique en 1844. Ses premières compositions furent louées par FelLire la suite…, maître de chapelle à Wiesbaden (je ne puis les citer tous), ont écrit des symphonies, des ouvertures, des sérénades, des quatuors et des quintettes, musique de concert et musique de chambre, qui leur ont donné déjà une certaine notoriété. Je pense qu’il ne serait pas sans intérêt pour les musiciens français de faire connaissance avec ces œuvres nouvelles, que ni la société des concerts du Conservatoire, ni la société de M. PasdeloupPasdeloup, Jules-EtienneJules-Étienne Pasdeloup (Paris, 15 septembre 1819 – Fontainebleau, 13 août 1887), pianiste et chef d’orchestre. Il étudia au Conservatoire de Paris où il obtint les premiers prix de solfège en 1832 et de piano en 1834. En 1841, il devint répétiteur de solfège au Conservatoire, puis répLire la suite…, à cause de leur organisation particulière, ne sont susceptibles de nous faire connaître. Il en est de même des opéras que j’ai mentionnés plus haut et dont quelques-uns pourraient avoir la bonne fortune d’être bien accueillis par le public français ; les musiciens qui n’ont pas voyagé en Allemagne n’en ont peut-être eux-mêmes aucune idée, car c’est à peine si quelques-unes de ces partitions sont arrivées jusqu’à nous.

Il serait à désirer aussi qu’un théâtre se fondât à Paris, qui serait exclusivement affecté à la représentation d’ouvrages composant aujourd’hui le répertoire dramatique en Allemagne. Ces ouvrages seraient traduits en Français ou, ce qui vaudrait mieux, chantés dans la langue originale. Un théâtre italien a bien réussi à Paris, pourquoi un théâtre allemand n’y réussirait-il pas ? On ne priverait pas pour cela nos théâtres lyriques de la faculté de jouer les chefs-d’œuvre de l’ancienne école allemande tombés dans le domaine public : (il faut bien que la liberté des théâtres conserve ses droits), mais au moins ne serions-nous pas privés de suivre le mouvement musical en Allemagne ou réduits à croire qu’il se résume à peu près aujourd’hui dans la personnalité d’un seul maître. Ce que je voudrais voir se réaliser à Paris ne serait d’ailleurs que l’équivalent de ce qui se fait pour nous de l’autre côté du Rhin : il n’est guère d’ouvrages qui, s’étant produits avec succès sur nos scènes lyriques, ne soient aussitôt traduits et joués dans la plupart des villes d’Allemagne. Les principaux chefs-d’œuvre de M. AuberAuber, Daniel-François-EspritDaniel-François-Esprit Auber (Caen, 29 janvier 1782 – Paris, 12 mai 1871), compositeur. Sa famille était aisée et le prépara aux affaires tout en lui enseignant la musique, dans laquelle il montra très tôt son talent de chanteur (baryton), de pianiste, de violoniste et de violoncelliste. LesLire la suite…, par exemple, ont conquis tout autant de popularité à Vienne, à Berlin ou à Dresde qu’à Paris ; seulement ils y sont moins bien exécutés, car les chanteurs allemands manquent, en général, de la légèreté d’organe, de la souplesse de talent nécessaires à l’interprétation de cette charmante et spirituelle musique. HalévyHalévy, Jacques-Fromental-ÉlieJacques-Fromental-Élie Halévy (Paris, 27 mai 1799 – Nice, 12 mars 1862), compositeur. Il étudia la composition au Conservatoire de Paris avec Cherubini et Méhul et obtint le Prix de Rome en 1819. Il débuta avec succès à l’Opéra-comique en 1827 avec L’Artisan et produisit à ce théâtrLire la suite…, le maître illustre et regretté, M. Ambroise Thomas, M. Félicien DavidDavid, Félicien-CésarCésar-Félicien David (Cadenet, 13 avril 1810 – St Germain-en-Laye 29 aout 1876), compositeur. Orphelin à cinq ans, après des études à la maîtrise de la cathédrale St.-Sauveur d’Aix-en-Provence et au collège St.-Louis d’Aix, il entra en 1830 au Conservatoire de Paris dans la classe d’HLire la suite…, et tant d’autres, sont placés très-haut dans l’estime de nos voisins, et l’on sait avec quel enthousiasme a été accueilli par eux le FaustFaustFaust, opéra en cinq actes sur un livret de Michel Carré et Jules Barbier d’après Goethe mis en musique par Charles Gounod et crée au Théâtre-Lyrique le 19 mars 1859.Lire la suite… de M. Charles GounodGounod, CharlesCharles Gounod (Paris, 17 juin 1818 – Saint-Cloud, 18 octobre 1893) compositeur. Gounod étudia le piano avec sa mère et la composition et l’harmonie en privé avec Reicha tout en faisant d’excellentes études classiques au Lycée Saint-Louis à Paris. Après avoir obtenu son baccalauréat, il Lire la suite…. Quant à M. BerliozBerlioz, Louis-HectorLouis-Hector Berlioz (La Côte Saint-André, 11 décembre 1803 – Paris, 8 mars 1869), compositeur. Il étudia au Conservatoire de Paris avec Lesueur et obtint le 1er Prix de Rome en 1830. La même année, il composa sa Symphonie fantastique. De retour de Rome, il composa Lelio ou le Retour à la vLire la suite…, il est en Allemagne je ne dirai pas comme chez lui, mais beaucoup mieux que chez lui. On l’appelle le BeethovenBeethoven, Ludwig vanLudwig van Beethoven (Bonn, 16 décembre 1770 – Vienne, 26 mars 1827), compositeur. Enfant prodige qui donna son premier concert public à Bonn à huit ans. Il alla à Vienne et prit des leçons avec Haydn de 1792 à 1794 puis avec Albrechtsberger de 1794 à 1795 et avec Salieri vers 1799. Il compLire la suite… français, et les musiciens du conservatoire de Vienne lui envoyaient dernièrement une dépêche télégraphique pour lui annoncer qu’ils venaient de fêter l’anniversaire de sa naissance (11 décembre 1803) par l’exécution d’une de ses symphonies. Attention délicate que ses compatriotes n’ont pas eue pour lui. Bien au contraire : la société des concerts du Conservatoire qui, à peu près vers la même époque, nous avait fait espérer qu’elle exécuterait, à l’un des concerts donnés en dehors de l’abonnement, quelques unes des pages les plus applaudies des Troyens à Carthage, a brusquement renoncé, pour des motifs que je n’ai point à apprécier ici, à cette généreuse pensée.

Je reviens au désir que j’ai exprimé plus haut de voir fonder à Paris un théâtre allemand. De même que nous ne connaissons guère les œuvres dramatiques qui se sont révélées dans ces dernières années en Allemagne, nous n’avons qu’une idée fort incomplète de celles qui forment le répertoire de l’ancienne école, laquelle n’est représentée chez nous que par quelques partitions de MozartMozart, Wolfgang AmadeusWolfgang Amadeus Mozart (Salzbourg, 27 janvier 1756 – Vienne, 5 décembre 1791), compositeur. Enfant prodige. Son père développa ses dons pour le piano et la composition et l’exhiba dès l’âge de six ans dans des voyages à travers toute l’Europe. Ses premières compositions, des pièces Lire la suite…, celles de WeberWeber, Carl Maria vonCarl Maria von Weber (Eutin, 18 novembre 1786 – Londres, 5 juin 1826), compositeur. Il étudia avec son père, puis avec Johann Peter Heuschkel, organiste à Hildburghausen où sa famille s’était établie en 1796. L’année suivante, sa famille s’installa à Salzbourg où Weber étudia avec Lire la suite… et le FidelioFidelioFidelio, opéra en deux actes sur un livret en allemand de Joseph Sonnleithner remanié par Stephan von Breuning puis par Georg Friedrich Treitschke et cree au Kärntnertortheater de Vienne le 23 mai 1814.Lire la suite… de BeethovenBeethoven, Ludwig vanLudwig van Beethoven (Bonn, 16 décembre 1770 – Vienne, 26 mars 1827), compositeur. Enfant prodige qui donna son premier concert public à Bonn à huit ans. Il alla à Vienne et prit des leçons avec Haydn de 1792 à 1794 puis avec Albrechtsberger de 1794 à 1795 et avec Salieri vers 1799. Il compLire la suite…. Ce sont là assurément les chefs-d’œuvre des chefs-d’œuvre, et c’est déjà beaucoup que le public français ait été mis à même de les apprécier ; mais ce même public, en ses jours de curiosités délicates, n’aimerait-il point à connaître aussi d’autres œuvres qui pour s’être produites dans une sphère moins élevée, n’en ont pas moins un intérêt réel et un incontestable mérite ? Les musiciens quelque peu érudits ne me démentiront pas quand je dirai qu’un théâtre parisien trouverait plus d’un succès certain en choisissant dans le répertoire de SpohrSpohr, Louis [Ludwig]Louis [Ludwig] Spohr (Brunswick, 5 avril 1784 – Cassel, 22 octobre 1859), violoniste, chef d’orchestre et compositeur. Il étudia le violon avec Gottfried Kunisch et Charles Louis Maucourt, et l’harmonie avec Carl August Hartung. Le duc Carl Wilhelm Ferdinand de Brunswick, au service duquel ilLire la suite…, de MarschnerMarschner, Heinrich AugustHeinrich-August Marschner (Zittau, 16 août 1795 – Hanover, 14 décembre 1861), compositeur. Il fit des études musicales concurremment à ses études scolaires dans sa ville natale, puis commença des études de droit à Leipzig en 1813. Attiré par l’opéra, il s’installa en 1815 à PresbourLire la suite…, de GlaeserGlaeser, Franz JosephFranz Joseph Gläser (Glaeser) (Obergeorgenthal/Bohème, 19 avril 1798 – Copenhague, 29 août 1861), compositeur et chef d’orchestre. Il chanta dans le chœur à Dresde avant d’étudier au Conservatoire de Prague. Il s’installa à Vienne en 1817 et se mit à produire des farces, des parodiesLire la suite…, de LortzingLortzing, Gustav AlbertGustav Albert Lortzing (Berlin, 23 octobre 1801 – Berlin, 21 janvier 1851), compositeur, acteur et chanteur. Il étudia le piano avec Johann Heinrich Griebel et la théorie musicale avec Karl Friedrich Rungenhagen. En 1811, ses parents débutèrent une carrière d’acteurs-chanteurs dans des trouLire la suite…, de ReichardtReichardt, Johann FriederichJohann Friedrich Reichardt (Königsberg, 25 novembre 1752 – Giebichenstein près Halle, 27 juin 1814), compositeur et critique musical. Il étudia la musique avec son père puis, encouragé par Emmanuel Kant, il étudia le droit et la philosophie à Königsberg puis à Leipzig. De 1771 à 1774, ilLire la suite…, de ReisingerReissiger, Carl GottliebCarl Gottlieb Reissiger (Belzig, 31 janvier 1798 – Dresde, 7 novembre 1859), compositeur. Il étudia le piano et le violon d’abord avec son père, puis à la Thomasschule de Leipzig avec Schicht, qui lui enseigna aussi la composition. Une bourse lui permit d’étudier à Vienne (1821) avec SaliLire la suite… [Reissiger]Reissiger, Carl GottliebCarl Gottlieb Reissiger (Belzig, 31 janvier 1798 – Dresde, 7 novembre 1859), compositeur. Il étudia le piano et le violon d’abord avec son père, puis à la Thomasschule de Leipzig avec Schicht, qui lui enseigna aussi la composition. Une bourse lui permit d’étudier à Vienne (1821) avec SaliLire la suite…, et de Conradin KreutzerKreutzer, ConradinConradin Kreutzer (Messkirch/ Baden, 22 novembre 1780 – Riga, 14 décembre 1849), compositeur. Il étudia la théorie musicale et l’orgue avec Ernst Weinrauch tout suivant un cursus de droit, qu’il abandonna à la mort de son père. De 1812 à 1816, il fut maître de chapelle à la cour à StuLire la suite…. M. le directeur du Théâtre-Lyrique s’était proposé, dit-on, de nous donner Les Joyeuses Commères de WindsorJoyeuses commeres de Windsor, LesDie lustigen Weiber von Windsor (Les Joyeuses Commères de Windsor), opéra-comique en trois actes d’Otto Nicolaï, sur un livret de S. H. Mosenthal (d’après Shakespeare), créé au Hofoper de Berlin le 9 mars 1849.Lire la suite… de NicolaïNicolaï, Carl Otto EhrenfriedCarl Otto Ehrenfried Nicolaï (Königsberg, 9 juin 1810 – Berlin, 11 mai 1849), compositeur et chef d’orchestre. Grâce au soutien de Carl Friedrich Zelter, il fut accepté à l’Institut pour la formation d’organistes et de professeurs de musique de Berlin, où il étudia avec Emil Fischer (Lire la suite…, ce charmant compositeur, presque aussi français qu’Allemand, mort, à peine âgé de vingt-huit ans, maître de chapelle à Berlin. Pourquoi ce projet a-t-il été abandonné ? Il y a non-seulement beaucoup de talent dans la partition des Joyeuses CommèresJoyeuses commeres de Windsor, LesDie lustigen Weiber von Windsor (Les Joyeuses Commères de Windsor), opéra-comique en trois actes d’Otto Nicolaï, sur un livret de S. H. Mosenthal (d’après Shakespeare), créé au Hofoper de Berlin le 9 mars 1849.Lire la suite…, mais il y a aussi de l’originalité et de l’esprit. L’ouverture est un petit chef-d’œuvre ; elle a été exécutée cette année par l’orchestre de M. PasdeloupPasdeloup, Jules-EtienneJules-Étienne Pasdeloup (Paris, 15 septembre 1819 – Fontainebleau, 13 août 1887), pianiste et chef d’orchestre. Il étudia au Conservatoire de Paris où il obtint les premiers prix de solfège en 1832 et de piano en 1834. En 1841, il devint répétiteur de solfège au Conservatoire, puis répLire la suite…, et on l’a bissée. N’est-ce point d’un bon augure pour le succès de la partition ? M. PasdeloupPasdeloup, Jules-EtienneJules-Étienne Pasdeloup (Paris, 15 septembre 1819 – Fontainebleau, 13 août 1887), pianiste et chef d’orchestre. Il étudia au Conservatoire de Paris où il obtint les premiers prix de solfège en 1832 et de piano en 1834. En 1841, il devint répétiteur de solfège au Conservatoire, puis répLire la suite…, en plus d’une occasion, a pris de généreuses initiatives, et a eu des intentions louables dont il me semble juste de le remercier. Malheureusement ses expériences n’ont pas toujours réussi. Par exemple, si l’ouverture de l’opéra de NicolaïNicolaï, Carl Otto EhrenfriedCarl Otto Ehrenfried Nicolaï (Königsberg, 9 juin 1810 – Berlin, 11 mai 1849), compositeur et chef d’orchestre. Grâce au soutien de Carl Friedrich Zelter, il fut accepté à l’Institut pour la formation d’organistes et de professeurs de musique de Berlin, où il étudia avec Emil Fischer (Lire la suite… a été chaudement applaudie, celle du Vaisseau-FantômeFliegende Hollander, Der (Le Vaisseau fantôme)Der Fliegende Hollander, (Le Vaisseau fantôme), opéra en trois actes sur un livret en allemand et une musique de Richard Wagner créé au Théâtre royal de la Cour à Dresde le 2 janvier 1843.Lire la suite… n’a pas reçu, à beaucoup près, le même accueil de la part des habitués du Cirque, et c’est par une espèce de protestation qu’ils ont répondu à la velléité, deux fois manifestée par M. PasdeloupPasdeloup, Jules-EtienneJules-Étienne Pasdeloup (Paris, 15 septembre 1819 – Fontainebleau, 13 août 1887), pianiste et chef d’orchestre. Il étudia au Conservatoire de Paris où il obtint les premiers prix de solfège en 1832 et de piano en 1834. En 1841, il devint répétiteur de solfège au Conservatoire, puis répLire la suite…, de leur faire connaître une parcelle de l’œuvre de Robert Schumann. Ce maître a joui, même de son vivant, d’une très-grande notoriété en Allemagne, et depuis qu’il est mort, il y a neuf ans à peine, sa réputation n’a fait que s’accroître. WagnerWagner, RichardRichard Wagner (Leipzig, 22 mai 1813 – Venise, 13 février 1843), compositeur. Il étudia la musique tout d’abord en autodidacte puis, à partir de 1831, à l’université de Leipzig avec C. T. Weinlig. Chef des chœurs à Wurtzbourg en 1831, il devint directeur musical à Magdebourg de 1834 àLire la suite… et lui, voilà les deux plus illustres représentants de la nouvelle école.

(La suite prochainement.)