Morphy, Guillermo

Guillermo Morphy (Madrid, 29 février 1836 – Baden près Zurich, 27 août 1899), compositeur et musicologue. Il voyagea durant sa prime jeunesse en Europe et de 1844 à 1846 résida avec ses parents en Allemagne, où il commença ses études de musique. De retour à Madrid, il étudia le piano avec Antonio Mercé et la composition avec Francisco de Asis Gil. En 1863, il étudia la musique avec François-Joseph Fétis à Bruxelles. À son retour en Espagne, il fit partie de la suite du prince des Asturies, le futur roi Alphonse XII, de 1864 à la révolution de 1868. Il séjourna ensuite en France et, encouragé par François Gevaert, il s’adonna à des travaux de musicologie sur les luthistes espagnols. Durant son séjour à Paris, il composa sa sonatine pour piano à quatre mains et sa sonate pour piano et violon ainsi qu’un ballet : Un mariage à Séville. Pendant la guerre franco-prussienne, il accompagna le prince Alphonse à Vienne puis rentra avec lui en Espagne lorsque la monarchie fut restaurée et qu’il accéda au trône en 1874.  Le 18 janvier 1875, il fut nommé secrétaire privé du roi Alphonse XII et le 3 mai 1882 fut anobli comte de Morphy. Élu à l’Académie royale des beaux-arts en 1892, il œuvra pour l’épanouissement de la musique en Espagne, soutenant les musiciens tels que Isaac Albéniz, Pablo Casals, Enrique Fernandes Arbos et Tomas Breton. En 1883, il créa l’Institut philharmonique et engagea le chanteur Napoleone Verger pour établir une école de bel-canto en Espagne. De 1886 à 1895, il fut président de la section des beaux-arts de l’Ateneo de Madrid, qu’il orienta vers une esthétique de régénération de l’art national et de rapprochement avec les courants culturels européens. Il traduisit en espagnol une biographie de Beethoven et rédigea une étude sur les luthistes espagnols au XVIe siècle, qui fut publiée de manière posthume. Comme compositeur, on lui doit des mélodies et des œuvres pour piano, une messe pour soprano, chœur et orchestre et un opéra : Lizzie qui ne fut jamais représenté.