Balfe, Michael William

Michael William Balfe (Dublin, 15 mai 1808 – Rowney Abbey/Hertfordshire, Angleterre, 20 octobre 1870), baryton et compositeur. Il étudia la musique d’abord avec son père, qui était violoniste et maître de danse, puis avec le compositeur William Rooke. En 1823, il se rendit à Londres, où il fut un élève de Charles Edward Horn et travailla comme assistant du chef de l’orchestre du Théâtre de Drury Lane. En 1825, il partit à Rome étudier la composition avec Ferdinando Paer, puis à Milan étudier le contrepoint avec Francesco Federici et le chant avec Filippo Galli. Il poursuivit sa carrière de chanteur à Paris, où Rossini le recommanda au professeur de chant Giulio Bordogni. En 1827, il débuta au Théâtre-Italien de Paris dans le rôle de Figaro du Barbiere di Siviglia (Rossini). Il s’y produisit pendant deux saisons puis retourna en Italie, où il chanta le rôle de Valdeburgo dans La straniera (Bellini) à Palerme avant d’être engagé à Plaisance puis à Bergame, où il rencontra et épousa la soprano hongroise Lina Roser. En 1831, le Théâtre Fraschini de Pavie lui passa commande d’un opéra, Un avvertimento ai gelosi (Un avertissement aux jaloux), puis il composa pour le Théâtre Carcano de Milan Enrico Quarto al passo della Marna (1833). À Milan, il renoua avec la Malibran, qui le recommanda comme chanteur au Théâtre de la Scala où il débuta le 20 mai 1834 dans le rôle de Iago d’Otello (Rossini) aux cotés de la Desdemona de la Malibran. En 1835, il revint en Angleterre créer triomphalement au Théâtre de Drury Lane The Siege of Rochelle, qui le plaça immédiatement comme le plus important compositeur anglais. Pour la Malibran, il composa The Maid of Artois (1836), autre grand succès. Il reçut commande d’un opéra en italien pour le Théâtre de Sa Majesté et produisit Falstaff (1838). Il fit une tentative malheureuse de création d’une compagnie d’opéra en anglais puis retourna en France, où il mit en musique un livret d’Eugène Scribe : Le Puits d’amour (1843), qui eut beaucoup de succès à l’Opéra-Comique. La même année, son opéra The Bohemian Girl fut créé au Théâtre de Drury Lane et ce fut le plus grand triomphe de sa carrière. L’œuvre fut jouée sur la plupart des scènes internationales. En 1845, l’Opéra de Paris créa L’Étoile de Séville, qui n’eut que 15 représentations. De 1846 à 1852, il fut le chef d’orchestre de la saison italienne au Théâtre de Sa Majesté. Il composa entre 1857 et 1864 plusieurs opéras dont le plus réussi fut The Rose of Castille (1857). Souffrant d’asthme, il se retira en 1864 dans la campagne du Hertfordshire, où il mourut sans avoir pu terminer son opéra The Knight of the Leopard, d’après le roman de Walter Scott The Talisman. L’œuvre fut produite par Michael Costa après sa mort dans une version en italien de Giuseppe Zaffira sous le titre Il talismano. À côté de ses opéras, Balfe composa de nombreuses mélodies dont Seven Poems by Longfellow (1855) et d’autres œuvres dont un trio pour piano, violon et violoncelle et une sonate pour violoncelle et piano.