Le Messager des Théâtres et des Arts, 14 janvier 1852, p. 1-2 (article signé E. Reyer).

PREMIÈRES REPRÉSENTATIONS.

Théâtre-Italien.

Reprise de MARIA DI ROHAN. ̶  Rentrée de Mme FiorentiniFiorentini, ClaudiaClaudia Fiorentini, ( ? – ?), soprano. Fille d’un consul anglais à Séville, Mr. Williams, elle débuta avec grand succès dans Norma (Bellini) à Berlin en 1849 puis se produisit l’année suivante au Théâtre-Italien de Paris et au Her Majesty’s Theater à Londres en 1851.Source : DwigLire la suite…. ̶  Début de M. FerlottiFerlotti, RafaeleRafaele Ferlotti (Bologne, 27 février 1819 – Bologne, 11 novembre 1891), baryton. Il eut une carrière éblouissante chantant à Milan dans Il templario (Nicolai) en 1840 et créant la même année Un giorno di regno (Verdi) et Oberto (Verdi). Il se produisit alors sur toutes les scènes d’ItaliLire la suite….

Le Théâtre-Italien déploie une activité dont nous devons le féliciter dans la marche de son répertoire ; près de dix opéras sont été montés depuis le commencement de la saison et nous ne sommes pas encore au bout. FidelioFidelioFidelio, opéra en deux actes sur un livret en allemand de Joseph Sonnleithner remanié par Stephan von Breuning puis par Georg Friedrich Treitschke et cree au Kärntnertortheater de Vienne le 23 mai 1814.Lire la suite… est à l’étude ; puis viendront i LombardiLombardi alla prima crociata, II Lombardi alla prima crociata (Les Lombards à la première croisade), dramma lirico en quatre actes sur un livret en italien de Temistocle Solera mis en musique par Giuseppe Verdi et créé au Théâtre de La Scala de Milan le 11fevrier 1843.Lire la suite…, en attendant quelques opéras du genre bouffe : il Matrimonio segretoMatrimonio segreto, IlIl Matrimonio segreto, dramma giocoso italien en deux actes sur un livret de Giovanni Bertati mis en musique par Domenico Cimarosa et créé au Burgtheater de Vienne le 7 février 1792.Lire la suite…, l’Elisir d’amoreElisir d’Amore, L’L’Elisir d’Amore, melodramma giocoso en deux actes sur un livret en italien de Felice Romani mis en musique par Gaetano Donizetti et créé au Théâtre de la Canobbiana à Milan le 12 mai 1832.Lire la suite…, l’Italiana in Algieri L’Italiana in AlgieriL’Italiana in Algieri, melodramma giocoso en deux actes sur un livret en italien de Luigi Mosca mis en musique par Gioachino Rossini et créé au Théâtre San Benedetto de Venise le 22 mai 1813. L’opéra fut créé au Théâtre-Italien à Paris le 1er février 1817 et fut le premier opéra de RLire la suite…et le Nozze di FigaroNoces de Figaro, LesLes Noces de Figaro (Le nozze di Figaro), K.V. 492, opera buffa en quatre actes sur un livret en italien de Lorenzo Da Ponte, d’après Beaumarchais, mis en musique par Wolfgang Amadeus Mozart et créé au Burgtheater de Vienne le 1er mai 1786.Lire la suite…, autant de chefs-d’œuvre dont le public ne fait pas grâce à la direction.

La reprise de Maria di RohanMaria di RohanMaria di Rohan, opera seria en trois actes sur un livret en italien de Salvatore Cammarano, d’après Un Duel sous le cardinal de Richelieu de Lockroy, mis en musique par Gaetano Donizetti et créé au Kärnthnertortheater de Vienne le 15 juin 1843.Lire la suite… a été une des plus brillantes soirées de la salle Ventadour ; elle a servi de rentrée à la belle Mme FiorentiniFiorentini, ClaudiaClaudia Fiorentini, ( ? – ?), soprano. Fille d’un consul anglais à Séville, Mr. Williams, elle débuta avec grand succès dans Norma (Bellini) à Berlin en 1849 puis se produisit l’année suivante au Théâtre-Italien de Paris et au Her Majesty’s Theater à Londres en 1851.Source : DwigLire la suite… qui, avec un peu plus de tempérament artistique serait une cantatrice accomplie ; sa voix manque quelquefois d’énergie, mais elle a de l’étendue, de la flexibilité et un timbre très sympathique. Mme FiorentiniFiorentini, ClaudiaClaudia Fiorentini, ( ? – ?), soprano. Fille d’un consul anglais à Séville, Mr. Williams, elle débuta avec grand succès dans Norma (Bellini) à Berlin en 1849 puis se produisit l’année suivante au Théâtre-Italien de Paris et au Her Majesty’s Theater à Londres en 1851.Source : DwigLire la suite… phrase avec beaucoup de gout et de méthode et nous la félicitons des sensibles progrès qu’elle a faits depuis l’année dernière. Quand elle est en scène, les gants et les lorgnettes n’ont pas un seul instant de repos. Mme FiorentiniFiorentini, ClaudiaClaudia Fiorentini, ( ? – ?), soprano. Fille d’un consul anglais à Séville, Mr. Williams, elle débuta avec grand succès dans Norma (Bellini) à Berlin en 1849 puis se produisit l’année suivante au Théâtre-Italien de Paris et au Her Majesty’s Theater à Londres en 1851.Source : DwigLire la suite… a de grands yeux ombragés par de longs cils noirs, de fins sourcils admirablement arqués, un nez grec, de belles dents, un ovale du plus pur contour et de magnifiques cheveux dont les grappes brunes et soyeuses tombent sur des épaules de marbre ; on dirait une statue de PhidiasPhidiasPhidias (Athènes, vers 490 av. J.-C. – Olympie, vers 430 av.J.-C.), sculpteur. Fils de Charmidès, d’origine athénienne, il est formé à l’école d’Argos pour la sculpture. Il fréquenta l’atelier de Myron d’Hégias et fut le compagnon de Polyctète. Ses premières œuvres (Cortège dLire la suite… animée par le pinceau de GreuzeGreuze, Jean-BaptisteJean-Baptiste Greuze (Tournus, 21 août 1825 – Paris, 21 mars 1805), peintre. Il étudia auprès du peintre lyonnais Charles Grandon qu’il suivit à Paris en 1750. Là, il s’inscrivit à l’Académie royale de peinture et de sculpture où il étudia avec Charles-Joseph Natoire. Il se distinguLire la suite…. Le succès de Mme FiorentiniFiorentini, ClaudiaClaudia Fiorentini, ( ? – ?), soprano. Fille d’un consul anglais à Séville, Mr. Williams, elle débuta avec grand succès dans Norma (Bellini) à Berlin en 1849 puis se produisit l’année suivante au Théâtre-Italien de Paris et au Her Majesty’s Theater à Londres en 1851.Source : DwigLire la suite… a été complet.

La partition de Maria di RohanMaria di RohanMaria di Rohan, opera seria en trois actes sur un livret en italien de Salvatore Cammarano, d’après Un Duel sous le cardinal de Richelieu de Lockroy, mis en musique par Gaetano Donizetti et créé au Kärnthnertortheater de Vienne le 15 juin 1843.Lire la suite… n’est pas une des moins estimables de Donizetti, et nous regrettons de ne pas l’avoir entendue exécutée telle qu’elle a été écrite par l’illustre maitre. L’allegro de l’ouverture, qui est charmant de verve et d’animation, a été joue avec une prestesse incroyable et la confusion a failli se mettre dans les traits en double croches des violoncelles et des contrebasses ; nous prions M. EckertEckert, Karl Anton FlorianKarl Anton Florian Eckert (Potsdam, 7 décembre 1820 – Berlin, 14 octobre 1879), compositeur. Enfant prodige, il étudia, entre autres, avec Hubert Ries, Carl Friedrich Zelter et Carl Friedrich Rungenhagen à Berlin puis plus tard avec Félix Mendelssohn à Leipzig (1839). Son premier opéra, Die Lire la suite…, qui tient, du reste, fort habilement le bâton de second chef d’orchestre, de commander avec moins de fougue les évolutions de son armée : modifier le mouvement d’un morceau c’est lui ôter son véritable caractère. Nous n’admettons pas davantage cette liberté que les artistes prennent quelquefois de substituer à telle page de la partition telle autre page qui lui est complètement étrangère et qui, bien souvent, n’est pas du même compositeur. L’air chanté au premier acte par Mme FiorentiniFiorentini, ClaudiaClaudia Fiorentini, ( ? – ?), soprano. Fille d’un consul anglais à Séville, Mr. Williams, elle débuta avec grand succès dans Norma (Bellini) à Berlin en 1849 puis se produisit l’année suivante au Théâtre-Italien de Paris et au Her Majesty’s Theater à Londres en 1851.Source : DwigLire la suite… et celui qu’a dit avec beaucoup de talent Mme GuascoGuasco, CarloCarlo Guasco (Solera, 16 mars 1813 – Solera, 13 décembre 1876), ténor. Il étudia le chant avec Giacomo Panizza à Milan en 1836. Il débuta avec succès au Théâtre de la Scala de Milan dans Guillaume Tell (Rossini) l’année suivante puis il se produisit, toujours avec succès, à Marseille Lire la suite… à son entrée en scène peuvent avoir leur mérite, mais ils n’appartiennent pas à Maria di RohanMaria di RohanMaria di Rohan, opera seria en trois actes sur un livret en italien de Salvatore Cammarano, d’après Un Duel sous le cardinal de Richelieu de Lockroy, mis en musique par Gaetano Donizetti et créé au Kärnthnertortheater de Vienne le 15 juin 1843.Lire la suite…, nous en sommes certain.

Le débutant, M. FerlottiFerlotti, RafaeleRafaele Ferlotti (Bologne, 27 février 1819 – Bologne, 11 novembre 1891), baryton. Il eut une carrière éblouissante chantant à Milan dans Il templario (Nicolai) en 1840 et créant la même année Un giorno di regno (Verdi) et Oberto (Verdi). Il se produisit alors sur toutes les scènes d’ItaliLire la suite…, chante avec infiniment de gout, mais sa voix manque de sonorité ; il a cependant obtenu un succès dans le rôle d’Enrico, surtout à la belle scène du troisième acte qu’il a jouée d’une façon très-remarquable. SoldiSoldi, GiulioGiulio Soldi ( ? – ?), ténor. Il se produisit sur les scènes des théâtres d’Italie dès 1844. En 1847-48, il fut engagé au Théâtre de La Scala de Milan, où il chanta le rôle d’Ovando dans Alzira (Verdi) en janvier 1847,  créa le rôle de Fernando Alvares dans Don Carlo de PasquaLire la suite… a été un de Fiesque assez amusant, et GuascoGuasco, CarloCarlo Guasco (Solera, 16 mars 1813 – Solera, 13 décembre 1876), ténor. Il étudia le chant avec Giacomo Panizza à Milan en 1836. Il débuta avec succès au Théâtre de la Scala de Milan dans Guillaume Tell (Rossini) l’année suivante puis il se produisit, toujours avec succès, à Marseille Lire la suite… a fait applaudir, dans le personnage de Riccardo, l’élégance de sa tenue et la pureté irréprochable de son chant. C’est le seul artiste du Théâtre-Italien qui s’abstienne de répondre aux applaudissements du public par d’obséquieuses courbettes et par une pantomime dont la critique a essayé bien vainement de démontrer tout le ridicule.

Mlle Ida-BertrandBertrand, IdaIda Bertrand ( ? – ?), mezzosoprano. Elle eut une carrière assez active entre 1845 et 1860. Elle chanta beaucoup à Paris dans les salons, dans les concerts, mais aussi au Théâtre-Italien, et se produisit aussi  à l’étranger: tournée en Allemagne, Belgique et Hollande (1846), Londres Lire la suite… (nous recommandons à son intention le précèdent paragraphe) a paru dans un costume de velours noir, pourpoint, toque à plumes et culotte, qui faisait merveilleusement ressortir la distinction de sa tournure ; elle a fort bien dit son morceau du premier acte, dont la seconde partie, reprise par le chœur, a le tort de rappeler note pour note un des plus beaux motifs d’Oberon.OberonOberon, opéra romantique en trois actes sur un livret en anglais de James Robinson Planche, d’après le poème de Christoph Martin Wieland, mis en musique par Carl Maria von Weber et créé au Théâtre de Covent Garden à Londres le 12 avril 1826. La version en français due à Charles Nuitter eLire la suite… En somme l’exécution de Maria di RohanMaria di RohanMaria di Rohan, opera seria en trois actes sur un livret en italien de Salvatore Cammarano, d’après Un Duel sous le cardinal de Richelieu de Lockroy, mis en musique par Gaetano Donizetti et créé au Kärnthnertortheater de Vienne le 15 juin 1843.Lire la suite… mérite nos éloges et nous les adressons également aux artistes et a la direction qui a monté cet ouvrage avec un luxe de décors et de mise en scène tout à fait inusité. La salle était comble à la seconde représentation comme à la première, à part quelques stalles dont les coupons, adressés par l’administration à des critiques d’une influence douteuse, ne sont arrivés que le lendemain à leur destination.

Dans le cas où M. LumleyLumley, BenjaminBenjamin Levi [Levy], dit Lumley (Birmingham, 1810 – Londres, 17 mars 1875), impresario. Après des études de droit, il travailla dans une étude d’avocat et dut s’occuper de la banqueroute du directeur de l’opéra-italien au King’s Theater (devenu Her Majesty Theater en 1837), dont il tiLire la suite… accepterait notre observation comme un reproche, nous aimons à croire qu’il nous fera l’honneur de penser que ce n’est pas pour notre compte que nous prenons la liberté de le lui adresser.